L’enfant

L’ostéopathie pour les enfants

  • L’accouchement peut être le premier traumatisme que subit le nouveau-né, c’est pourquoi il serait très intéressant que chaque nourrisson passe entre les mains d’un ostéopathe après sa naissance. En effet, lors de la naissance, le crâne du bébé doit se créer un passage dans l’étroit couloir formé par le bassin maternel. Au cours de cette descente, le crâne subit des compressions pouvant bloquer des sutures entre les os.
  • De plus, l’utilisation d’instruments, tels que les forceps ou la ventouse (qui peut s’avérer nécessaire) contribue à aggraver les déformations du crâne.
  • Il faut également garder à l’esprit que l’enfant a passé 9 mois dans le ventre de sa mère à se construire au sein d’un milieu liquidien fermé. L’effet de pression qu’il a subi peut expliquer certaines positions qu’il prend une fois venu au monde. De plus, une chute ou un choc peuvent avoir laissé des empreintes au niveau des tissus.

Consulter un ostéopathe permettra à l’enfant de grandir dans de meilleures conditions (plus détendu, meilleur sommeil, absence de troubles digestifs…), en particulier dans les cas suivants :

  • Césarienne (programmée ou d’urgence).
  • Déclenchement de la naissance ou péridurale.
  • Il y a eu accouchement à risque, souffrance fœtale, réanimation du bébé, le cordon enroulé autour du cou, grossesse gémellaire (jumeaux).
  • L’accouchement a été instrumentalisé (forceps, ventouses, cuillères) ou on a appuyé sur le ventre de la mère pour faciliter l’expulsion.
  • La mère a eu des contractions tôt pendant la grossesse ou a dû rester allongée.
  • La naissance a duré longtemps (plus de 8h) ou à l’inverse a été très rapide (moins de 2h).
  • Le bébé est né prématurément.
  • Présentation en siège, par le front ou la face.

Il n’est jamais trop tard pour consulter un ostéopathe : même si l’enfant a déjà bien grandi, certains troubles fonctionnels dus à la grossesse et/ou à la naissance peuvent ne se dévoiler que beaucoup plus tard pendant la croissance.

Voici une liste non exhaustive des troubles pouvant survenir suite à la naissance ou plus tard durant la croissance, et pour lesquelles l’ostéopathe peut éviter qu’elles perdurent et évoluent dans le temps :

  • Asymétrie du crâne ou du corps, bosses séro-sanguines.
  • Bronchites chroniques, respiration ronflante
  • Difficultés à la succion (allaitement maternel ou biberons).
  • Eczéma, asthme, allergies.
  • Post-vaccination (agitation, hypertonicité, difficultés d’endormissement, pleurs…).
  • Régurgitations, reflux gastro-œsophagien (RGO), vomissements.
  • Rhinites, otites, laryngites, conjonctivites.
  • Torticolis ou rotation préférentielle de la tête d’un côté, scoliose, strabisme.
  • Troubles digestifs, diarrhées, constipation.
  • Troubles du sommeil ou du comportement : hyper-excitabilité, nervosité, hypo-activité, difficultés de concentration.

En observant attentivement l’enfant, il est possible de déceler des signes annonciateurs de troubles fonctionnels. Il ne faut pas hésiter à consulter un ostéopathe dans les cas suivants :

  • Difficulté à l’habillage ou au nettoyage du pli du cou (car l’enfant n’aime pas qu’on lui touche la tête ou alors il a le cou « court », la tête bien « enfoncée » entre les épaules).
  • Il a des marbrures visibles au niveau des jambes ou des bras (la phrase de grand-mère « bébé marbré, bébé en bonne santé » ne s’avère pas valable).
  • Il a du mal à se retourner (du dos sur le ventre).
  • Il a un retard de verticalisation (passage à la position debout), marche sur la pointe des pieds ou alors une fois la marche acquise, ses voûtes plantaires sont affaissées et il peut se plaindre de douleurs au niveau des genoux.
  • Il a vraiment besoin de sa tétine, il ne dort pas bien, fait beaucoup de cauchemars.
  • Il digère mal, il est agité après le repas ou a souvent le hoquet.
  • Il est raide, crispé ou tient trop bien sa tête pour son âge.
  • Il est tombé de la table à langer (même si une radio ne montre rien, c’est important de faire une vérification au niveau ostéopathique).
  • Il met beaucoup de temps à prendre son repas, s’endort en mangeant.
  • Il pleure beaucoup, est agité ou a du mal à se concentrer.
  • Il tourne toujours la tête du même côté et dort très souvent dans cette position, ou il vient se coller la tête au sommet ou dans un angle du lit.
  • L’enfant se cambre en arrière (surtout lors de la tétée, ou dans les bras, en pleurant).

Prendre rendez-vous en ligneDoctolib